• Aujourd'hui, alors que je sortais du lycée,

    Mon regard qui était baisser,

    J'ai relever la tête et je t'ai vue toi... 

    Je me suis demander qu'est-ce que tu faisais là,

    Si c'était vraiment toi, et que je ne rêvais pas.

    Oui, c'était vraiment toi. Et lorsque j'ai enfin réalisé,

    Mes yeux ce sont remis à briller, comme dans le passé.

    J'avais un terrible envie de crier ton prénom,

    Et de courir en te sautant dans les bras,

    Te dire que tu me manquais terriblement, 

    Malgré que, je sais que notre histoire est terminé.

    Mais je me suis contenté, d'avancer vers toi,

    Ayant l'air normale. Je t'ai fais la bise te demandant si ça allait.

    Tu m'as répondu que oui, ça allait et tu m'as demander si moi aussi.

    Je t'ai répondu, neutrement que oui. Ayant une terrible envie de dire non.

    Et en te disant tout ce que j'avais sur le coeur, 

    Et tout ce qui se passait dans ma vie en ce moment.

    Tu m'as également demandé si les cours ça allait ; 

    Alors je t'ai répondu que oui.

    Je suis partie.

    Je mourrai d'envie de me retourner et de dire : 

    "non attends, pars pas... Je crois que je t'aime encore,

    Quand je t'ai vue, mes yeux ce sont remis à pétiller,

    Comme avant, tu me manques, 

    C'est vrai je me l'avoue rarement.

    Je me souviens de tout nos moments passés,

    Et ça me manque.

    Je t'en prie ne t'en vas pas ; 

    J'ai besoin de toi!"

    Mais je ne me suis pas retourner,

    Dans le bus? J'ai manquer à pleurer,

    J'ai attendu d'arriver chez moi pour pleurer... 

    Et maintenant? Maintenant je ne sais pas quoi faire... 

    Je suis perdu tu comprends ;

    Je ne sais pas quoi faire pour faire les choses bien.

    Tout ce que je sais, c'est que tu me manques beaucoup,

    Que je t'aime encore probablement,

    Mais que je ne veux pas souffrir comme avec les autres.

    J'avais réussi à tourner la page, 

    A passer à autre chose, 
    Alors je ne veux pas avoir fait tout ces efforts, 

    Pour rien.

    Je t'aime, tu me manques... 

    Mais nous ne serons probablement plus jamais ensemble... 

    Pourtant si tu savais à quel point j'aurai voulut que ça dure toute la vie.


    7 commentaires
  • Mon cher papa,

    Je t'aime tu sais,

    Oui beaucoup plus que tu ne peux te l'imaginer... 

    Mais tu vois là je peux plus.

    J'ai essayé pourtant, oui je te jure ; 

    Petite, je t'excuser et te donner des excuses,

    Pour ne pas me blesser.

    Plus grande, j'ai essayé de ne plus rien te demander, 

    Ni calin, ni jeu, plus rien de tout ça,

    Pour voir si  néanmoins mes demandes ne te manquaient pas.

    Je me suis aperçu que non.

    Alors, par la force des choses, 

    J'ai du me forger une carapace, 

    Pour me permettre de moins souffrir.

    C'est là que ma colère a commencée... 

    Maintenant je t'en veux terriblement.

    Tu m'as repoussé, et tu as continué.

    Les cadeaux pour noël et mon anniversaire c'est bien beau,

    Mais ce n'est pas ce que j'attends de toi. 

    Je veux seulement que tu me montre que tu m'aimes,

    Pouvoir partager des moments de complicités,

    Comme peuvent faire un papa avec sa fille.

    Je t'en veux tellement.. 

    Parce-que je sais qu'à présent, 

    Je sais qu'en fait, tu ne réagiras décidément jamais.

    Mes colères et nos disputes ne te font pas plus réfléchir que ça ;

    A ce que je vois.

    Pour toi, le principal c'est maman. On dirai qu'il n'y qu'elle.

    J'aimerai tant pourtant, que tu sois un peu de mon côté par moment... 

    Tu sais, si on aurait cette complicité, je pense que je serai différente,

    Mon caractère serait différent. J'aurai peut-être  plus confiance en moi. Mais bon, c'est comme ça.

    Si seulement tu pourrai m'adresser la parole autre que pour me faire un reproche ou m'engueuler.

    J'ai bien essayé de te parler, mais en vain.

    Je sais à présent qu'il ne faut plus que j'attende un geste de ta part.

    J'ai attendu beaucoup trop longtemps. 

    La vérité c'est que j'attends trop et j'ai trop attendu de toi.

    Je t'aime papa, et pour toujours. 

    Mais là c'est trop pour moi. 
    Tant que tu ne feras pas le premier pas, je ne le ferai pas. 

    J'en ai assez d'en faire, un peu à toi...

    Pour mon papa...

     


    3 commentaires
  • La première fois que je t'ai vue,

    J'ai rapidement du,

    Que tu avais ce quelque chose,

    Que les autres n'ont pas.

    La plupart du temps tu étais absent,

    Mais lorsque tu es revenu réellement, 

    Je me suis vite aperçue que le premier sentiment que je ressentais au début,

    Etait encore présent, maintenant.

    Ce qui est curieux,

    C'est que je n'ai jamais eu ce sentiment-là,

    Avec les mecs de ton genre.

    Faut croire que tu es appart! 

    C'est étrange, j'ai l'impression que tu es dans ton monde,

    Et moi j'essaie d'entrer dans un monde qui est le tien.

    Mais tu sais, la peur et la crainte de souffrir,

    Me hantes constamment.

    J'ai mon monde moi aussi,

    Et je ne voudrai pas que mon monde s'écroule,

    Par ta faute.

    Je ne voudrai pas non plus oublier qui je suis,

    Tout ça pour pouvoir te plaire.

    Pitié ne joue pas avec mon coeur et mon âme,

    Il est si fragile tu sais.

    Pour toi ce serai peut-être qu'une fille de plus,

    Mais pour moi ce serai une destruction de plus.

    Je t'en prie ne me mens pas ; 

    Je n'ai pas besoin de ça.

    Parce-que je t'aime ; moi. 

     


    8 commentaires
  • Il me manque... 

    Sa voix, son visage,

    Son rire, son sourire,

    Ses colères, ses mots doux,

    Et puis surtout son regard,

    Posé sur moi ; qui en disait long sur nous.

    Il n'est pas parfait,

    Loin de là ; en vérité.

    Il est impulsif et nerveux,

    Malheureux et anxieux,

    Broyant du noir à cause d'un passé douloureux.

    Mais si doux et affectueux... 

    Attachant et craquant,

    Un grand coeur, mais ayant peu d'espoir pour y croire.

    Admirant et courageux,

    Il arrivait à touché mon coeur, 

    De son regard charmeur.

    Oui, notre rencontre a eu lieu au collège.

    Collégiens nous l'étions.

    Sa réputation en disait long ;

    Pour cette cause je ne voulais pas m'attacher,

    J'étais effrayé souffrir comme jamais.

    Mais j'ai appris à le connaitre,

    Oui les SMS c'est bien,

    Mais les appels au téléphone pendant des heures,

    Cela rend beaucoup plus amoureux.

    Nous avons discutés, échangés,

    Il s'est confié et moi petit à petit,

    J'ai appris à lui faire confiance,

    Et au risque de souffrir,

    Je lui est dévoiler chaque jour un peu plus,

    Les traits de ma personnalités ; qui j'étais.

    Puis, nos relations ce sont peu à peu dégradées,

    Les disputes s'enchaînaient,

    Et les pleurs commençaient.

    Les premières peur de le perdre.

    Mais l'envie de garder sa dignité,

    La volonté de ne pas se rabaisser.

    Le sang chaux, il l'avait,

    Mais lorsqu'il s'était calmé,

    Il savait faire la part des choses et essayait de se faire pardonner.

    Avouant ses fautes, les causes de ses colères, et suivit de mots doux.,

    Qui me faisaient fondre, je l'avoue.

    Nous avons essayé en vain,

    Mais après essaie, des techniques pour éviter de se disputer,

    On a réalisé, que ça ne pouvait pas continuer ainsi.

    Par la force des choses, et par la volonté de ne voulant pas terminé cela en haine,

    J'ai décidé de tout arrêter. A la fin c'était devenue insupportable et invivable.

    Ce n'était plus du bonheur, on se déchiraient littéralement, chaque jours qui passaient un peu plus.

    A présent notre histoire est terminé,

    Mais je ne l'oublierai jamais.

    Il m'a apprit la signification du mot "couple" et "respect".

    Il m'a apprit beaucoup de choses également.

    Il me manque souvent.

    Mais la page est tourné pour nous deux à présent.

    ... <3

     

     


    13 commentaires