• Je fais partie de ceux qui,
    Font tout ou rien.
    J'ai longtemps cherché à savoir,
    Lequel des deux je devais choisir.
    Parce-que je détestais être 
    Le milieu.

    Mais je crois que,
    Petit à petit je commence,
    A comprendre l'importance du milieu.
    Le milieu au bout du compte,
    C'est l'équilibre. C'est l'harmonie. La paix.

    Dire que la Vie est facile serait mentir. 
    La Vie c'est quelque chose de très complexe et 
    Mystérieux. 
    Il y a de longue période de souffrance,
    Une immensité de doute qui nous submerge,
    Une pincée d'espoir,
    Et une cuillère à soupe de peur.
    Un verre entier de préjugées.
    Mais une infinité aussi d'amour :
    Le sourire d'un passant,
    Un câlin d'une amitié,
    La patience d'une mère...

    On a aussi beaucoup blessures :
    L'abandon, le rejet, l'humiliation, la trahison, l'injustice...
    C'est aussi ce qui nous fait grandir et cela on l'oublie souvent.
     


    votre commentaire
  • Un jour, on m'a dit :
    "Tout ce que tu veux avec le coeur, tu l'obtiendras,
    Il suffit seulement d'une grosse dose de patience,
    D'un cuillère à soupe de volonté,
    Et d'un plat complet de foi".

    J'y ai toujours cru,
    Sans jamais vraiment réussi à l'appliquer ; 
    Pour quoi que ce soit dans ma vie.
    D'ailleurs je n'ai jamais su réellement et nettement,
    Ce dont j'avais besoin réellement et envie.

    La Vie passe, le Temps surtout et,
    Je commence à m'apercevoir petit à petit,
    Ce qui me fait vibrer, ce qui me fait espérer,
    Ce qui me fais rêver et apprécier.
    C'est encore un peu confus je l'avoue.
    Mais je crois que tout commence,
    A devenir un peu plus clair. 

    Je veux un homme fort et assez sur de lui,
    Qui a fait des erreurs dans sa vie. 
    Je veux pouvoir rencontrer quelqu'un qui sait,
    Ce que c'est, que de se tromper.
    Je trouver une personne très sensible,
    Se cachant sous différents comportements
    Quelque peu inappropriés.

    Je ne cherche pas quelqu'un de parfait. 
    Je cherche seulement un homme,
    Qui me plairai physiquement et moralement. 
    Qui souvent m'agacerai, mais sur qui je pourrai
    Me reposer lorsque le besoin serait.
    Je veux juste un homme qui puisse m'aimer,
    Réellement et entièrement pour ce que je suis. 
    Dans chacun de mes états, et
    Dans chacun de mes défauts. 
    Je veux quelqu'un avec qui j'apprend,
    Tout les jours de lui et de mi-même.

    Je veux quelqu'un qui me pousse vers le haut,
    Tout en restant lui-même et indépendant.
    Je veux pouvoir faire changer cet homme,
    L'aider à comprendre certaine chose,
    Mais cette fois-ci pas avec mon volontariat,
    Comme je m'épuise à chaque fois. 
    Mais avec ma personne tout entière. 
    Que ma propre personne,
    Le fasse grandir et avancer.

    Je veux quelqu'un qui me respecte,
    Et respecte ce que je suis. 
    Qui soit capable de me protéger,
    Mais aussi de m'écouter.
    Qu'il soit bourré d'humour
    Qu'on soit d'une extrême complicité.
    Que je puisse l'aimer sans peur et sans regret ;
    Me correspondant, tout en étant différent.
    Et qu'il puisse m'aimer en retour. 
    D'un amour et d'un respect égal et mutuel. 

    Et puis qu'on avance ensemble. 
    En oubliant jamais la raison pour laquelle
    On s'est aimé...

     


    votre commentaire
  • Tu es mon miroir.

    Lorsque tu pleure, 
    En silence je pleure aussi.

    Lorsque tu souris, 
    Automatiquement je fais de même.

    Lorsque tu es en colère,
    Je le ressens et je le deviens moi aussi.

    Lorsque tu as peur,
    Je me sens craintive.

    Lorsque tu es perdu,
    Je me perds avec toi.

    Lorsque tu as mal,
    Au même moment, j'ai mal aussi.

    Quand tu es heureuse,
    Le ciel je remercie.

    Et le plus fou,
    C'est que tu n'as besoin de me dire,
    Comment tu vas,
    Je le ressens, je le vis avec toi.
    Je t'entends m'appeler, 
    Au loin je t'entends pleurer,
    Je te vois tout casser.
    Mon coeur se déchire,
    A chacun de tes moments tristes.

    Je serai toujours là,
    En moi tu es. 


    votre commentaire
  • Bonjour ou bonsoir à tous, 
    Suivant à l'heure à laquelle vous me lisez :) 
    Aujourd'hui je souhaitais vous parler de quelque chose,
    Qui compte beaucoup pour moi.
    A vrai dire, c'est le sujet le plus sensible de ma vie. 
    La mort. 

    Mais pas n'importe laquelle en réalité. 
    Je vais vous raconter mon histoire... 

    Voilà, il y a maintenant 18ans de cela, je suis née.
    Au mois d'août cela fait exactement même 18 et demie! 
    Eh oui, à une époque c'était très important les demies, 
    Je suis sûre que vous vous en souvenait autant que moi. 

    A deux jours de vies, j'ai eu des complications,
    Et pour faire court, durant 1mois et demie,
    Mes parents ainsi que ma famille ignorait si,
    Comme tout les parents ils pourraient me ramener un jour à la maison.
    Mes jours étaient comptés et même si, ils ne pouvaient pas s'empêcher d'espérer,
    Ils devaient se préparer au pire dans cette situation : Mon départ précipité de cette Terre à une autre.
    J'ai finalement survécu, par miracle ont dit les médecins.

    Cette histoire m'a toujours obsédée, étonnée, perturbée, et... 
    M'a donné autant de peine, que d'espoirs, que de force, que de faiblesses... 
    La vérité c'est que depuis mon enfance je me sens coupable d'être toujours ici parmit vous. 
    Je ne me suis jamais senti complète. 
    Je me sentais un peu comme effacé, comme un fantôme qui était là mais... Impuissante.
    J'ai toujours eu peur de tout. Même d'un simple saut comme beaucoup d'enfant autour de moi faisait très fréquemment. 
    Je me trouvais complètement différente des autres enfants de mon âge. 
    J'avais cette impression de voir et comprendre beaucoup de choses et puis surtout ressentir, 
    Ce que les autres ignoraient à propos d'eux-même ou bien des autres. 

    Je ne sais pas trop si je suis vraiment claire dans ce que je dis alors j'espère que vous me suivez? 

    Durant ma pré-adolescence il m'est arrivé de me poser une question à plusieurs reprise, celle-ci : 
    "N'avais-je pas un frère ou une soeur jumelle avant?" 
    J'avais posé cette question à ma maman qui m'avait répondu que non pas à ce qu'elle sache. 

    Il y a quelques mois, j'ai voulut aller voir une médium/voyante pour qu'elle m'oriente un peu sur ma vie, et sur ce que je suis et capable de faire. 
    Elle m'a dit que j'allais apprendre une chose qui allait changer ma vie. 

    Le 1er août 2016, je suis allée voir un monsieur qui devait m'aider à developper certaine de mes "capacités".
    Je ne savais pas réellement à quoi m'attendre mais certainement pas à ce que je m'apprêtais d'entendre et de ressentir.

    Je suis donc allé voir ce monsieur, qui m'a avoué ;
    J'avais un frère jumeau. Et j'étais tellement triste de l'avoir perdu dans le ventre de ma maman,
    Que je l'ai inconsciemment empêché de rejoindre sa place,
    C'est-à-dire la lumière, ce que certain appelle le "Paradis"...
    Je me suis effondrée.
    Au début je me suis senti comme soulagée de le savoir.
    Ensuite triste et coupable de le savoir encore parmi nous à cause de ma peine qui l'a empêcher de rejoindre ce qui était bon pour lui.
     Je l'ai libéré, il est maintenant sûrement là-haut et bien heureux à l'heure où je vous parle. En tout cas je l'espère du fond de mon coeur.

    C'est fou, j'ai toujours pensée que je n'étais jamais seule,
    Je comprends maintenant pourquoi. 
    Et je vois surtout la différence entre avant et maintenant. 
    Maintenant je peux dire que je suis seule. 
    Je dois réapprendre à vivre, à réfléchir, à ressentir, réagir, m'habiller, respirer, parler, m'exprimer de toute forme que ce soit et j'en passe des tas... 

    J'ai parler à mon frère avant qu'il ne s'en aille pour la lumière, 
    Grâce à l'intermédiaire du monsieur. 
    C'était indescriptible. Je le reconnaissais alors que lorsque j'étais en vie, je ne l'ai jamais vu. 
    C'était comme retrouvée un proche disparus que l'on a connu durant toute une vie. 

    On m'a dit que désormais il fallait que j'accepte son départ, 
    Et que j'apprenne à vivre pour moi, et plus pour lui,
    Car sa vie à lui se continue dans la lumière. 

    Je vous dirai bien que j'ai réussi et que tout va bien ; 
    Mais ce serait vous mentir. 
    La vérité, c'est que je suis en pleins deuil. 
    Je suis en colère contre tout le monde et sur tout. 
    Je n'ai plus la force d'écouter mes amis parler de leur soucis.
    Je n'ai plus la force de parler de détails et de futilité.
    Non parce-que la seule chose que je veux, et que je n'aurai jamais,
    C'est de voir et parler à mon frère jumeau. 
    J'aurai aimé voir la vie qu'on aurait mené si il serait avec moi,
    Parmi nous tous aujourd'hui. 
    Mais cette vie-là je ne la verrai jamais. 
    Je ne l'aurai jamais et lui non plus. 

    Il a du surement accepter tout cela lui, 
    Mais moi non. 
    Et aucune personne de mon entourage ne peut comprendre cela. 
    Pour eux, il n'est pas réellement réel étant donnant qu'il n'est jamais né. 
    Alors ils ne comprennent pas mon deuil. 
    Je leur en veut pour ça, mais je sais aussi qu'ils n'y sont pour rien. 
    Ce n'est pas contre eux en réalité que j'en ai, mais contre moi.
    Car durant toutes ces années je n'ai pas réalisé qu'il était encore en moi. 
    Alors que... Je suis censé ressentir les esprits. 
    Le seul que je voudrais voir,entendre ou bien ressentir, 
    Je ne le ressens pas. 
    Alors à quoi bon? 
    Oui je suis en colère contre moi je m'en veux. 
    Et le problème c'est que je ne sais pas quand je réussirai à l'accepter,
    Si j'arrive à l'accepter un jour. 

    Vous devez surement vous demander pourquoi j'écris ceci. 
    Je me dis que peut-etre d'autre sont dans ma situation et que cela peut les aider à se sentir moins seul. 
    Puis je pense que dans le fond tout le monde peut s'identifier,
    Au fond,  on est tous les mêmes. 

    J'espère que vous aurez compris toute mon histoire, ou presque. 
    Je vous remercie pour votre attention,
    Bonne route à vous qui me lisez.
    Qu'elle soit pleine de lumière à chaque seconde. 

     


    4 commentaires
  • Voilà, nous y sommes.
    J'ai longtemps attendu ce moment.
    Ce moment si important où,
    J'allais enfin avoir le courage de parler ;
    A coeur ouvert.
    Sans masque, sans pudeur, sans peur.
    Ca n'a pas été facile tu sais.
    Sans toi, je me perds si souvent. 
    Et ta présence me manque tant! 
    Il m'arrive encore de sentir ton odeur,
    D'entendre ta voix, ou revoir ton regard.
    C'est si réel, si beau mais si douloureux.
    Je te jure, je ne pensais pas y arriver un jour.
    Je finissais par me dire que jamais plus,
    Je ne pourrais mettre à plat,
    Mes sentiments pour toi.
    Aujourd'hui je le fais, j'y arrive ; 
    Enfin!

    Dès le jour où je t'ai vu, 
    Je savais. 
    Et j'ai pris peur, j'ai tout gâché.
    En quelque part je m'en veux. 
    Oui je l'avoue. 
    Je m'en veux, de ne pas avoir lâcher prise,
    Comme je l'aurai dû. 
    Comme on me le dit toujours.
    Mais c'était plus fort que moi.
    Tu comprends,
    J'ai tellement été trompé, abandonné,
    Je ne voulais plus ressentir cela. 
    Je ne voulais plus vivre cela.
    Et avec toi je savais que j'allais retomber.
    J'avais peur. J'étais excitée, mais ; 
    Complètement perdu et effrayée.
    Je m'excuse. 

    Cependant toi non plus, 
    On ne peut pas dire que tu as été parfait.
    Tu as fais tout ce qui pouvait me blesser. 
    Tu as été tout ce que j'évitais. 
    Tu m'as dis que tu ne voulais pas me perdre.
    Tu m'as dis aussi que tu me respectais.
    Et que jamais tu n'avais tenu à quelqu'un comme moi.
    Je t'ai cru. Je te crois toujours.
    Mais je t'en veux malgré moi.
    Je sais que tu n'es pas le seul responsable, 
    De ma douleur. 
    Je suis consciente que,
    Les erreurs nous les avons fait à deux. 
    Et les bons moments nous les avons aussi partager,
    A deux. 

    Je voudrais tant retourner en arrière. 
    Tu sais, au moment où je te découvrais.
    Où j'avais peur, mais que je ne souffrais pas.
    Ou presque pas. 
    Te savoir loin de moi est une chose horrible. 
    Tu ne peux pas t'imaginer,
    Tout ce que je dois endurer, 
    Chaque jour, chaque heure, 
    Chaque minutes et chaque secondes,
    Pour ne pas craquer. 
    Pour ne pas tomber encore plus bas.
    Pour ne pas sombrer. 
    Pour ne pas venir te parler. 
    Pour ne pas pleurer à tes pieds. 
    Pour ne pas te dévoiler tout ce que j'ai,
    Sur le coeur. 
    Tu sais, ce même coeur,
    Qui m'a permit de tomber amoureuse de toi. 

    Je crois que tu ne te rends pas bien compte,
    De la situation, de l'état et des sentiments, 
    Que j'ai pour toi. 
    Si seulement je pouvais,
    Le temps d'une minute ou une seconde,
    Ressentir ce que tu ressens, 
    Penser ce que tu penses,
    Pour savoir où tu en es toi de ton côté.

    Tu me manques. 
    Souvent je rêve de toi et ; 
    A mon réveil, j'ai ce pensement au coeur.
    Tu sais, comme si tu avais une écharde, 
    Que tu n'arrivais pas à enlever, 
    Et qui te gênais pour marcher et te déplacer. 

    Tu sais, je crois que nous sommes éternellement lié. 
    Oui tu as bien entendu, lié. 
    Tu pourras faire ce que tu veux de ton côté,
    Et moi du mien. 
    On pourra se détester, se haïr, se perdre de vue. 
    Tu seras toujours en moi, 
    Et moi en toi. 
    Ca te parait fou n'est-ce pas?! 
    Oui moi aussi. 
    Pourtant c'est bien c'est la réalité. 
    J'en suis persuadé. 
    Je l'ai su, dès le moment où, 
    Je t'ai vu, je t'ai parlé. 

    Voilà je crois que j'ai à peu près tout dit. 
    Oh il doit bien manquer quelques trucs, 
    Il en manquera toujours je pense. 
    Mais ce n'est pas grave. 
    Le plus gros est dit. 
    Je te laisse cela, même si tu ne liera pas. 
    Ce n'est pas grave. 
    Avant tout, j'ai écris cela pour moi. 
    Pour me libérer. Me réanimer. 

    Je te souhaite que du bonheur, 
    De l'amour, de la tendresse, 
    Du respect, du courage,
    De la force et de la persévérance. 
    N'oublie jamais, 
    Que tout est possible. 
    Tu peux créer ta vie entière. 
    Il suffit juste d'y croire. 
    Croire en toi, croire en la vie, 
    Et avoir foi. La vie te tend les bras. 

    Sache que je serai toujours là pour toi. 
    Et si dans 10, 20, 30, 40ans tu reviens, 
    Et que tu as quoi que ce soit, 
    Je serai là. Je ne te lâcherai pas. 
    Je te le promet. Tu as ma parole.
    Je t'aime, 
    Tâche de ne jamais l'oublier. 
    Petite Lumière, 
    Merci d'avoir fait partie de ma vie. 
    Je ne t'oublierai jamais, c'est juré. 

    LOVE


    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires